Histoire Vrai

Histoires vraies. L'histoire réel

Histoire Vrai

Ma tante Huguette souffrait d’obésité. Elle avait toujours été grosse. Mes premiers souvenirs d’elle datent de mes quatre ans. Huguette était grosse. Son frère l’appelait la grosse et elle pleurait. En raison de sa surcharge pondérale, elle avait toujours manqué de confiance en soi. Il y a des obèses qui sont capables d’accepter leur surcharge pondérale et d’en faire un avantage : ils sont joviaux ou ils en imposent, ça leur donne du sérieux. Et il y a ceux qui se sentent mal à l’aise, mal dans leur peau, qui tentent de se cacher, de ne pas se faire remarquer. Ma tante Huguette appartenait à cette seconde catégorie. C’était sans doute dû au traitement qu’elle a subi pendant son enfance et durant son adolescence. Comme je l’ai dit, son frère se moquait d’elle. Son père la critiquait aussi et la jugeait. Il lui reprochait de trop manger, de ne pas faire assez d’exercices. Il lui disait qu’aucun homme ne voudrait d’elle, qu’elle ne trouverait pas de mari, qu’elle n’aurait pas de famille, pas d’enfant. Comme on ne voulait pas l’accepter telle qu’elle était, comment aurait-elle pu s’accepter elle-même ? En outre, son père lui faisait suivre toutes sortes de cures d’amaigrissement. Elle ne pouvait pas manger de pain ou de pommes de terre, pas de viande ou de produits laitiers, et cetera. Ma tante Huguette perdait deux ou trois kilos. Puis, c’était le découragement, elle perdait la tête : elle se ruait dans une pâtisserie, en cachette évidemment, et elle dépensait toutes ses économies en petits gâteaux. Elle prenait dix kilos. Ce fut l’histoire de sa jeunesse et, jusqu’à 25 ans, elle continua de prendre du poids.

C’est une assez grande femme. Elle mesure environ un mètre soixante-douze. À 25 ans, elle pesait 150 kilos. Son médecin lui disait que sans un amaigrissement notable, elle mettait sa santé en danger. Mais elle semblait incapable de maigrir. Tout au moins, son poids s’était stabilisé. Elle ne maigrissait pas, c’est vrai, mais elle ne grossissait pas non plus.

Contrairement à ce que son père avait prévu, elle avait rencontré un homme qui l’aimait telle qu’elle était. À 30 ans, elle a vraiment voulu avoir des enfants avec lui. Son médecin l’a prévenue : elle devait absolument connaître un amaigrissement substantiel pour pouvoir être enceinte et avoir un enfant en santé. Elle était un peu désespérée. Elle avait un peu peur que son mari la quitte si elle ne pouvait pas avoir d’enfant. Il l’aimait, elle le savait. Mais elle savait aussi à quel point fonder une famille était important pour lui.

Elle a donc pris rendez-vous chez une diététiste. Elle n’y croyait pas vraiment, mais il fallait absolument qu’elle tente le tout pour le tout. Cette spécialiste lui a fait passer un certain nombre d’examens. Elle a conçu pour elle une cure d’amaigrissement sur mesure combinée avec un programme de mise en forme. Il s’agissait en quelque sorte de procéder à sa rééducation diététique. Elle avait de plus découvert que certains aliments ne lui convenaient pas du tout et devaient être totalement proscrits de son alimentation. Ma tante Huguette avait été prévenue : le processus serait progressif. Elle ne verrait sans doute aucun résultat au cours des premiers mois.  

Et ce fut le cas. Elle a perdu 90 kilos en trente mois. Elle était d’une minceur étonnante. On ne l’avait jamais vu comme ça : c’était une nouvelle femme. Et, avant son 35e anniversaire, elle était maman. Vous vous posez peut-être la question : grâce à la Lida daidai hua conçue par la spécialiste, elle a immédiatement perdu le poids qu’elle avait pris pendant sa grossesse.

Acheter Lida diadaihua dans notre pharmacie