Les hépatites A,B et C

Journée mondiale de l’hépatite : une maladie “plus proche qu’on ne croit”

HépatitesL’hépatite est l’une des maladies infectieuses les plus courantes et les plus graves dans le monde, mais c’est aussi l’une des plus méconnues. En dépit des ravages qu’elle provoque, cette inflammation du foie est souvent non diagnostiquée et non traitée.

L’ OMS (Organisation mondiale de la santé) tire donc la sonnette d’alarme. “Plus proche qu’on ne croit” est le message qu’elle a choisi de décliner à l’occasion de la journée mondiale contre l’hépatite qui se tient le 28 juillet.

Les chiffres sont en effet sans appel :

  • l’hépatite est responsable d’un million de décès par an dans le monde ;
  • une personne sur douze vit avec une hépatite B ou C chronique ;
  • les virus de l’hépatite B et C seraient responsables de 78 % des cas de cancer du foie.
  • Cinq virus d'hépatite très différents
  • Les cinq virus (désignés par les lettres A, B, C, D et E) qui entraînent une hépatite présentent de grandes différences.

Les hépatites A et E se transmettent généralement par l’intermédiaire d’eau ou d’aliments contaminés.

L’hépatite B se transmet par le sang, le sperme et autres sécrétions biologiques.

L'hépatite C se transmet principalement par voie sanguine (transfusion, utilisation de drogues par voie intraveineuse…). La transmission sexuelle est possible, mais plus rare.

L’infection par le virus de l’hépatite D ne se produit que chez les sujets déjà infectés par le VHB (virus de l'hépatite B).

1,4 million de cas d’hépatite A sont enregistrés chaque année.

2 milliards de personnes sont infectées par l'hépatite B dans le monde.

150 millions de personnes souffrent d’infection chronique dûe au virus de l’hépatite C.

L'hépatite A

L’hépatite A est l’hépatite la plus répandue dans le monde, elle sévit plus particulièrement en Afrique et Asie du Sud-Est. Ces pays sont parfois sujets à des flambées d’hépatite causées par le non respect de règles d’hygiène élémentaires.

DEFINITION

L’hépatite A est une maladie virale due au virus de l’hépatite A (VHA), appartenant à la famille des picornavirus ou entérovirus à ARN, et qui provoque une inflammation du foie.

CAUSES

La transmission du virus se fait par voie orofécale (eau ou aliments contaminés) ou par la consommation de fruits de mer contaminés ou mal lavés. En effet, le virus se multiplie dans le foie, il se retrouve alors également présent dans la bile, le sang et les selles. Sa présence diminue lorsque l’ictère apparaît.

SYMPTOMES

Le délai entre la contamination et l’apparition des symptômes est de 18 à 40 jours. Elle se traduit généralement, mais pas systématiquement par un ictère (jaunisse). Des symptômes peuvent apparaitre avant l’ictère :

  • perte d’appétit avec parfois une modification de l’odorat et du goût,
  • malaises,
  • fièvre,
  • nausées, vomissements,
  • fatigue,
  • douleurs dans les articulations,
  • maux de tête,
  • photophobie (peur de la lumière),
  • toux,
  • pharyngite,
  • rhinite,
  • urine colorée et selles parfois décolorées,
  • augmentation du volume du foie,
  • angiome stellaire,
  • perte de poids.

Lorsque l’ictère apparait, ces symptômes disparaissent, excepté l’augmentation du volume du foie.

DIAGNOSTIC

Pour diagnostiquer la maladie, une analyse de sang doit être faite. S’il s’agit d’une hépatite A, des anticorps IgM anti-VHA seront présents et diminueront en quelques semaines. Des IgG anti-VHA apparaitront alors, preuve d’une ancienne infection, le patient sera alors immunisé contre une nouvelle infection par ce virus. Par ailleurs, le taux de transaminases augmente au moment de l’ictère.

TRAITEMENTS

Il n’existe actuellement pas de traitement pour l’hépatite A aiguë, le corps sait comment vaincre le virus, et les symptômes disparaissent en 4 ou 6 semaines. Cependant, pour les cas les plus graves, une hospitalisation peut être nécessaire. Par ailleurs, pour faciliter la guérison, il existe quelques recommandations :

  • ne pas boire d’alcool, ne pas fumer,
  • se reposer dès que le besoin se fait ressentir,
  • avant la prise de médicaments (vente libre ou sur ordonnance), il est important de consulter son médecin, ceux-là pouvant contenir des substances toxiques pour le foie,
  • avoir une bonne alimentation,
  • ne pas s’exposer aux produits toxiques.

PRÉVENTION ET CONSEILS À L’OFFICINE

La prévention dépend de la situation dans laquelle on se trouve. Dans la vie de tous les jours, il est nécessaire:

  • d’acheter ses fruits de mer dans un endroit sûr, et bien les nettoyer surtout si l’on souhaite les manger crus,
  • pour manger des fruits de mer crus dans un restaurant, de s’assurer de sa fiabilité.
  • Si vos patients prévoient de voyager dans des zones à risque, donner leur les conseils suivants :
  • l’eau du robinet est à proscrire : se brosser les dents avec de l’eau en bouteille, ne pas prendre de glaçons, boire uniquement l’eau provenant de bouteilles décapsulées devant eux, sinon faire bouillir l’eau pendant 5 minutes,
  • ne pas manger d’aliments crus, même lavés, l’eau pouvant être contaminée,
  • une plaie ne doit pas être nettoyée à l’eau du robinet,
  • se protéger lors de rapports sexuels.

S’ils entrent en contact avec une personne infectée, ou si eux-mêmes le sont, il est important de se laver les mains régulièrement et particulièrement après être allé à la selle et avant les repas.

Enfin, il existe le vaccin anti-hépatite A, indiqué dès l’âge de deux ans.

Les hépatites B et C

Les hépatites virales telles que les hépatites B et C posent problèmes aux autorités sanitaires dans la mesure où elles restent longtemps invisibles pour le patient. Les pays non industrialisés demeurent les plus touchés par ces maladies, et plus particulièrement par l’hépatite B qui représente l’une des premières causes de mortalité des adultes pour les pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie. Concernant l’hépatite C, elle touche environ 3% de la population mondiale.

DÉFINITION

L’hépatite est une inflammation du foie due à une infection virale, à l’alcoolisme, à une intoxication par médicament ou à un produit chimique. On distingue l’hépatite aiguë de celle chronique (virus persistant au-delà de 6 mois). Les hépatites B et C sont, elles, de type viral.

CAUSES

L’hépatite B apparaît suite à une infection par le virus B pouvant être transmis par voie sanguine, sexuelle ou salivaire. Le temps d’incubation est de 30 à 180 jours. Environ 5% des personnes infectées le sont de façon chronique, pouvant entrainer une cirrhose ou un cancer du foie.

L’hépatite C est provoquée par le virus C, essentiellement transmis par voie sanguine. Dans de rares cas, elle peut se déclarer suite à des rapports sexuels non protégés avec des personnes infectées. L’incubation est ici de 30 à 100 jours. Dans 80% des cas, l’hépatite devient chronique constituant la première cause de greffe du foie.

SYMPTÔMES

Pour l’hépatite B, il s’agit souvent d’une infection asymptomatique. La fatigue, des nausées et des douleurs au foie peuvent se manifester au début de la phase aiguë. Elle peut aussi se traduire par l’apparition d’un ictère. Généralement, on observe une perte d’appétit entrainant une perte de poids.

Lorsqu’un patient est atteint de l’hépatite C, il ne le sait que rarement en raison de son caractère asymptomatique. Cependant, la phase aiguë peut se traduire par des symptômes équivalant à ceux de la grippe (fatigue, fièvre, courbatures, maux de tête). De plus, dans moins d’un cas sur 10, un ictère apparaît.

DIAGNOSTIC

Dans les deux cas, l’analyse médicale révèle une augmentation du taux des transaminases dans le sang, preuve de la destruction aiguë et transitoire des cellules du foie. Les prélèvements sanguins peuvent également témoigner d’un ictère par l’élévation de la bilirubine conjuguée et des phosphatases alcalines. Enfin, la présence d’antigène HBs est le signe d’une hépatite B tandis que l’hépatite C se traduit par la présence d’anticorps anti-VHC.

TRAITEMENTS

Dans 95% des cas d’hépatite B, aucun traitement pharmacologique n’est nécessaire, il est juste conseillé de se reposer et d’avoir une alimentation saine. Au bout de 6 mois, si le virus est toujours là, des traitements existent : l’interféron alpha et l’interféron à action prolongée. Le virus peut également être directement attaqué par des antiviraux (adéfovir, lamivudine…).

L’association de l’interféron à action prolongée et de la ribavirine permettent de traiter l’hépatite C. L’OMS estime que ce traitement est efficace dans 30 à 50% des cas.

Enfin, une ablation partielle ou une transplantation du foie peut être nécessaire pour les cas les plus graves.

PRÉVENTION ET CONSEILS À L’OFFICINE

Afin d’éviter de contracter l’hépatite B et C, vous pouvez conseiller à vos patients de :

  • se protéger lors de rapports sexuels à risque,
  • porter des gants avant de toucher au sang d’une personne (pour le personnel soignant),
  • ne pas utiliser le rasoir ou la brosse à dent de quelqu’un d’autre et éviter de prêter les siens,
  • dans le cas d’un tatouage ou piercing s’assurer que le matériel est bien stérilisé ou jetable,
  • se vacciner contre l’hépatite B, pour les enfants de 9 à 10 ans ou les personnes à risque,
  • réaliser une injection d’immunoglobulines anti-hépatite B si le patient a récemment eu un contact avec du sang ou des liquides organiques infectés. Aucun vaccin contre l’hépatite C n’existe à ce jour,
  • effectuer un test de dépistage pour les personnes à risque ou atteintes du VIH.

hépatites