Femme enceinte : comment bien manger dans un restaurant chinois ?

Femme enceinte

Femme enceinte

La cuisine chinoise est très particulière pour le type de nourriture qu’elle présente. Or la femme enceinte est bien souvent soumise à un régime draconien compte tenu de son état parfois délicat. Un tel contexte peut- il favoriser la fréquentation des restaurants chinois ? Si oui, comment s’y prendre pour en tirer profit ?

Bien choisir son restaurant

La grossesse a ses exigences qu’il ne faut pas ignorer. Dans un tel cas, le choix du restaurant s’avère très important. Hormis les autres moyens pour trouver un restaurant (internet, la presse, les annuaires téléphoniques), il est conseillé de se rendre dans un établissement que l’on connait bien, surtout en vérifiant les conditions d’hygiène.

Il est important de bien s’assurer que les chaises conviennent à son état, surtout lorsque la grossesse est avancée. Dans le cas contraire, il faut faire avec les moyens de bord c’est-à-dire rembourrer le dossier de la chaise avec un pull, une écharpe… jusqu’au niveau du bas du dos.

Choisir judicieusement sa place de façon à être placée loin de certains obstacles (entrée des cuisines, portes d’entrée…) tout en étant proche des toilettes afin de s’y rendre discrètement en cas de besoin.

Que manger ?

La femme enceinte doit faire attention au contenu de son assiette pour éviter certaines complications. Elle doit donc redoubler de vigilance dans le choix de ses menus. La première chose à faire si on veut savourer son passage dans un restaurant chinois est d’atténuer au maximum les nausées en mangeant du pain puis, boire un grand verre d’eau. Ensuite on pourra commander du riz nature, des nouilles sautées, du poisson grillé, du soja et des fruits pour se faire plaisir.

A savoir et à prendre note :

Les mets à éviter

La future maman doit faire très attention à son alimentation afin de maintenir son bébé en bonne santé. Certains repas sont donc à éviter : les beignets et les raviolis de crevettes (trop gras), la viande, le riz cantonais à cause du jambon et de la trop grande quantité d’huile, les desserts à base d’œuf et les glaces, les sauces, les nems.

Une femme très enceinte !En effet, celles-ci ont des besoins bien spécifiques et notamment en ce qui concerne les examens de prévention et dépistage de différentes affections. Les visites chez le gynécologue par exemple, sont conseillées au moins une fois par an. Les campagnes de prévention concernant par exemple le vaccin contre le papillomavirus ou les mammographies sont également très présentes. A tout cela s’ajoute la contraception, les avortements…

Les soins liés à la santé de chaque femme sont donc nombreux et souvent bien chers. Si les primes de maternité et la prise en charge des frais de séjours en hôpital sont bien connus des compagnies de complémentaire santé, les prestations sont aujourd’hui bien plus riches : pilule contraceptive, fécondation in vitro (FIV), ostéodensitométrie (examen ayant pour but de mesurer la densité minérale des os – nécessaire pour les patients présentant des risques d’ostéoporose), mammographie et amniocentèse font donc partie du quotidien de chacune d’entre nous et bénéficient d’une prise en charge afin d’éviter des frais trop pesants.

Il est donc intéressant de se renseigner sur une mutuelle maternité pour aider à financer vos frais d’examens, d’accouchement… La compagnie Apicil par exemple propose une garantie complète incluant une prise en charge des FIV, de la pilule contraceptive sous forme de forfait annuel, l’amniocentèse non prescrite par le gynécologue ou encore les frais d’accouchement, notamment la péridurale non demandée par le médecin.